CHALLENGE – Trail des sommets de Caussols

CHALLENGE – Trail des sommets de Caussols

Mon premier vrai trail :  Trail des sommets de Caussols

Finalement les épreuves de l’écotrail et l’oxytrail n’était rien comparé à ce trail de 30 km (29,5 pour être raccord avec le programme).

Plusieurs facteurs nouveaux pour moi dans cette sortie : tout d’abord la distance car celle ci devient la plus longue jamais réalisé. Mais le plus dur a été l’état du chemin, du roc et caillou quasiment sur la totalité du parcours, et c’est après que j’ai appris que dans ce cas là on parle de tracé « technique ». Ceci me rappelle la vidéo de Djodei sur son 130km (dans le sud également) qui se plaignait aussi de ce type de sol rocailleux.

Les deux premiers kilomètres sur du bitume fut un bon échauffement, et en effet il fallait être chaud car dés que nous sommes arrivé en foret il y a eu pas mal de descende avec surtout un embouteillage au kilomètre 3,5. Alternance ensuite de petites descentes et montées, pour arriver jusqu’au début du mont Calern qui commençais au 8ème kilomètre.

Là j’ai commencé à voir la dureté du terrain. Pendant 4 kilomètres d’ascension, quasiment que des roches sous les pieds, ce qui m’a fait chuter au 11ème kilomètres. C’est très très dur de courir dans ces conditions.

Le sommet culminant a 1458 mètres nous a offert une magnifique vue de la région. S’en suis une très belle descente où nous quittons les coureurs qui ont choisi le parcours 15 km. Un peu de route et chemin standard pendant 3 kilomètres.

J’ai repris pas mal de vigueur vers le 17ème, de très bonne sensation de course jusqu’au 18ème où je me suis tordu la cheville. Première fois que j’ai un incident sur un parcours, mon euphorie s’est donc vite calmé. J’ai « profité » tout de même de la descente qui menais jusqu’au kilomètre 20 mais les trois suivant pour remonter au Haut Monté et ses 1335m ont été épuisants. Epuisant a t elle point qu’ensuite pendant 2 kilomètres de plat je n’ai fait que marché(quasiment). Heureusement le moral est revenu et la douleur s’étant estompée, j’ai fini les trois derniers kilomètres avec beaucoup d’entrain.

Je suis très très heureux d’avoir fini ce trail. En dehors de tous les points précédemment cités j’ai remarqué pas mal de différence avec ce que je connaissais sur Paris : très peu de monde(une grosse centaine de personne sur le 30km), ravitaillement uniquement en eau(c’est très sommaire mais de toute façon j’avais des réserves sur moi), pas de médaille(de toute façon elles sont dans un tiroir), t-shirt affreux(de toute façon je ne les porte jamais), boisson sucrée payante à l’arrivée(compensé par un repas chaud).

Deux vidéos disponibles pour ce trail, tout d’abord le ressenti complet

et la version courte juste en musique

Laisser un commentaire